CATEGORY / EGALIM

Peut-on vraiment sortir des pesticides ?

Les faits

Le 15 avril dernier, le site internet du quotidien Libération publiait une tribune rédigée par un collectif de chercheurs, cancérologues, médecins, et toxicologues, du CNRS, de l’Inserm, de l’Université, et de l’Inra, alertant l’opinion et les autorités sur la dangerosité d’une famille de fongicides, les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase). « Il nous paraît urgent d’attirer l’attention sur les risques potentiels pour la santé humaine et l’environnement de l’usage d’une classe de pesticides, les SDHI. » Alarmistes, ces scientifiques en appellent à suspendre l’utilisation des SDHI « tant qu’une véritable estimation des dangers et des risques n’aura pas été réalisée par des organismes publics indépendants ».

Ce discours n’a rien d’étonnant car depuis les affaires du glyphosate et des néonicotinoïdes, les récriminations contre les produits phytosanitaires sont quotidiennes, sur fond d’imbroglio et de cacophonie entre les autorités sanitaires, le gouvernement, la communauté scientifique et les ONG.

États Généraux de l’alimentation : l’art de l’enfumage


Les réactions au discours du président de la république, prononcé à Rungis le mercredi 11 octobre, sont plutôt positives[1] et mesurées. Au fil de ce mandat, on découvre l’art particulier du macronisme ; dire une chose et son contraire en même temps. Mais ce type de positionnement peut conduire à énoncer des absurdités. Exemple :
« Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production. » Ouest France[2]
Qu’un Président de la République fasse croire à des agriculteurs et aux Français qu’un prix agricole se déterminera demain à partir du coût de production, c’est une absurdité la plus totale, sauf à fermer hermétiquement toutes les frontières. (…)

loading
×